MA LANGUE MATERNELLE VA MOURIR

7/2/20
MA LANGUE MATERNELLE VA MOURIR
YANNICK JAULIN ALAIN LARRIBET
Ma langue maternelle va mourir
et j’ai du mal à vous parler d’amour

 
 
L’Isle-sur-la-Sorgue
salle des fêtes
mercredi 5 février
20 h30
 
 
Mazan
la boiserie
jeudi 6 février
20 h 30
 
 
Noves
salle de l’espacier
vendredi 7 février
20 h 30
 
Saignon
salle des fêtes
samedi 8 février
20 h 30

durée 1 h 15 tarif unique 10€
 
JE RÉSERVE
Covoiturage
Yannick Jaulin a pris son bâton de pèlerin pour une longue marche d’Aubigny en Vendée jusqu’à Pougne-Hérisson en Gâtine. Écouter, collecter des histoires de langue, de français et de patois afin de conter ces témoignages recueillis. Sur les pas du Grand Meaulnes et du Petit Poucet, voilà un voyage initiatique à rebours les champs, une aubade sonore et musicale.

Je continue à fouiller l’identité, mon identité. Il y a urgence pour moi à parler de langue, de langue maternelle. De ce qui reste de la mienne, comme outil poétique pour musser mes yeux dans les ailleurs du monde. De notre monolinguisme français si spécifique, de notre héritage de la révolution française qui fait des « autres » langues des outils de la contre-révolution. De notre incapacité à utiliser le savoir de l’autre comme une ressource. D’avoir fait de l’humiliation la norme pour imposer le français. De Claude Duneton, le regretté corrézien qui en écrivant son livre « Parler Croquant » parlait de la langue des rois, véhicule des cours d’Europe, cette langue épurée, ce filtre imposant entre les élites et le peuple. L’universalisme français n’a concerné pendant quelques siècles que ces élites. Des dégâts faits par l’éradication des « patois », l’incapacité par exemple à communiquer les émotions et la transmission de ces « tares » aux générations qui suivent. Bien sûr que je dois dire ce que je suis dans la langue qui m’a fait grandir : Bedon vao qu’i diche ce qu’i saï dans le parlanghe qui m’a affié. Je tenterai même de lessiver la langue avec des cendres de patois carbonisé, de la savonner, en rajoutant de la graisse à ce français liposucé depuis Rabelais.

Yannick Jaulin

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 

 
 
RENCONTRES LITTERAIRES RESIDENCES D'ARTISTES ENJEU(X) Espace adhérents LE BLOG
2020 2020 2020 Adhérez à l'association LA NEWSLETTER
2019 2019 2019 Devenez partenaires  
2018 2018 2018 Contactez-nous LE PROJET
2017