ACCUEIL 
    FLUX RSS  
  NEWSLETTER 
 

HAMLET A L'IMPERATIF

Lundi 9 Aout 2021
HAMLET A L'IMPERATIF
Le Festival d’Avignon et le metteur en scène Olivier Py investissent le fort Saint-Jean avec le plus célèbre des drames shakespearien, Hamlet à l’impératif ! Deux faces d’une même pièce sont présentées au Mucem : Hamlet, le feuilleton, marathon dramatique de cinq heures, et Hamlet, la pièce, version resserrée sur une heure. « Être ou ne pas être ? » Telle est la question de la semaine.
 
À partir d’une nouvelle traduction du texte de Shakespeare et de ses Mille et une définitions du théâtre, Olivier Py compose un spectacle de cinq heures et plusieurs épisodes, dont chacun prend appui sur une scène clef, une tirade, un personnage...
 
Texte et mise en scène : Olivier Py


 
«  La pièce la plus connue du dramaturge le plus connu reste une énigme. Chaque nouvelle mise en scène est un événement, ou toujours le même avènement : l’exégèse infinie d’une pièce de Shakespeare qui a conditionne? l’imaginaire européen puis a conquis le monde.
Les thématiques issues de l’œuvre sont innombrables : le théâtre, la mort, la révolution, la tyrannie, les mots, le désir etc... si bien que dès le dix-septième siècle un discours d’escorte devenu océanique a accompagne? le chef d’œuvre. Chaque siècle a son Hamlet et le siècle dernier l’a place? au centre de sa catastrophe, comme une prophétie, une dystopie terrifiante.
Presque tous les grands penseurs et artistes des trois siècles derniers ont dialogue? avec Hamlet et la quasi-totalité? des sciences humaines s’en est empare?. La philosophie, la psychanalyse, la linguistique, l’histoire, la politique, le droit, ont pris Hamlet comme pierre d’achoppement de leurs idées.
Ainsi il ne s’agit pas seulement de présenter Hamlet, mais un Meta-Hamlet, Hamlet et ses commentateurs, Hamlet et ses conséquences. Bien que nous travaillions a? partir d’une toute nouvelle traduction, qui rend grâce aux différentes versions des différents manuscrits et au travail titanesques des chercheurs, il s’agit aussi de présenter des textes clefs qui ont travaille? Hamlet. Et au-delà? de tout cela, une libre dispute sur les énigmes innombrables du texte.
On comprend pourquoi ce projet est un Hamlet de dix heures au moins. Le texte, publie? chez Actes Sud, a la forme d’une libre discussion entre les personnages a? propos des thèmes centraux de la pièce. Un commentaire des commentaires et une mise en résonnance avec les questions contemporaines.
 
Voici quels sont les dix épisodes de cette charade sans fin.
Mon premier est consacre? a? la plus célèbre réplique de l’histoire du théâtre « to bé or not to be ». Interviennent Heidegger, Hegel, Nietzsche et tant d’autres pour interpréter la célèbre sentence. De plus, un coup de théâtre : la découverte d’une autre version de la réplique dans un manuscrit plus ancien qui vient chambouler l’histoire de la philosophie ... rien de moins.
Mon deuxième est dévolu a? la question de l’impératif moral et a? la figure du spectre qui vient le représenter. Le texte de Derrida « Spectres de Marx » y est incontournable. C’est celui qui donne titre a? notre feuilleton « Hamlet a? l’impératif ». Impératif catégorique, qui résonne très fortement dans notre temps de désenchantement politique. C’est Wittgenstein qui en est le passeur avec sa conférence sur l’éthique, en référence directe au prince d’Elseneur.
Mon troisième est sous le signe du temps et de l’Histoire, d’un temps hors de ses gonds selon l’éblouissante traduction de Yves Bonnefoy reprise par Derrida, puis Deleuze et Jankélévitch. «L’histoire est-elle morte ?» semble nous demander Hamlet dans une interrogation très contemporaine.
Mon quatrième est un exercice réflexif ou? le théâtre parle du théâtre. La? aussi tout le monde y est allé? de son interprétation sur l’efficacité? politique ou l’inefficacité? patente du théâtre. Peut-être est- ce aussi un échec qui réussit, ou un combat perdu qui triomphe.
Mon cinquième est contenu dans la réplique pourtant simple « Word Word words » véritable coup de tonnerre de la modernité?. Ce doute métaphysique sur la puissance du langage a été? immensément commente?, et notamment par de Saussure, Wittgenstein, Lacan et leurs interlocuteurs.
Mon sixième est sous le signe de la procrastination. Pourquoi Hamlet remet il au lendemain l’action de tuer le Roi ? Et nous ferons le tour des 50 hypothèses de réponse, de Goethe a? Freud tout le monde a eu son idée sur cette paralysie de l’action politique.
Mon septième est plus directement lie? a? la psychanalyse, les rapports d’Hamlet et de Gertrude étant a? l’origine de la science Freudienne. Plus tard, Lacan ne s’est pas prive? d’y ajouter son commentaire et nous pouvons considérer que le complexe d’Œdipe a été? invente? pour comprendre Hamlet.
Mon huitième est visuel et s’attache a? la représentation d’Ophélie. Du tableau de Millais au poème de jeunesse de Rimbaud, ce personnage tragique, victime absolue a formate? une certaine idée des femmes. C’est donc avec des outils féministes qu’il faut déconstruire le mythe d’Ophélie.
Mon neuvième est un crane, un crane de bouffon exhume?, et qui médite sur la caducité?. Cet accessoire indispensable de tout Hamlet mérite a? lui seul son chapitre. Mais quel est l’eschatologie de Shakespeare ? Sa pensée de la mort est-elle stoïcienne ? septique ? lucrécienne ?
Mon dixième et dernier chapitre est celui d’Horatio, double narrateur et biographe, et c’est la question du récit lui-même, possible ou impossible qui y est débattu. Surtout a? une époque de multiplication des points de vue et de surmédiatisation, pouvons-nous raconter une histoire collective ?
 
Evidemment chaque chapitre est illustre? de scènes d’Hamlet, de confrontation de traductions et de questionnements de jeu.
 
 
Voila? donc pour l’immense chantier d’Hamlet, Shakespeare et les autres. Il faudra y ajouter un onzième, qui est la pièce elle-même dans une version fulgurante, reprenant certains de ces commentaires et sous l‘injonction d’une traduction radicale.
 
 
Ce Hamlet resserre? en une heure pourra être joue? indépendamment, et de manière très légère. Quatre acteurs et un musicien le prennent en charge et le présentent dans une totale économie spectaculaire. C’est a? la fois l’amande, le miel et le sel de notre Hamlet a? l’impératif.
 
Mais si l’on devait résumer la pièce a? une seule question, quelle serait cette question ?
Non pas « être ou ne pas être » qui n’est peut-être qu’une digression philosophique au cœur d’un ensemble tragique, mais bien plutôt « que dois-je faire ? ». La question éthique a été? dépliée sans fin chez les adorateurs de ce texte sans égal. Hamlet n’a aucun équivalent, son destin littéraire et intellectuel a? travers les époques et les disciplines est unique. Il est devenu le cinquième évangile laïque de l’occident. Quel Hamlet demain guidera les temps difficiles ? »
 
 
Olivier Py, octobre 2020
 



Le feuilleton théâtrale à 10 épisodes
Durée par épisode 1 heure en moyenne.
Le public peut venir assister à la soirée complète ou venir à un ou deux épisodes seulement / chaque épisode est indépendant.
Le bar proposera toute la soirée des boissons et une restauration.

 
Entrée libre
Lieu     Mucem, fort Saint-Jean— Place d'Armes
Renseignements / Réservation     

Horaires     
—Jeudi 12 août 2021 : 5 épisodes
18h00 -19h00 : Un point c’est tout (épisode1 - 1h01)
19h15 – 21h00 : L’impératif moral (Episode 2 - 1h03) suivi de Le temps est anachronique (épisode 3 - 45 min)
22h00 –minuit : Exercice de métathéâtralité (épisode 4 - 1h01) suivi de La limite des mots (épisode 5 - 40 min )
de 21h00 à 22h00 : Entracte

—Vendredi 13 août 2021 : 5 épisodes
18h00 -19h50 : Procrastination (épisode 6 - 50 min)
19h00 – 21h00 : Œdipe et Gertrude (épisode 7 - 1h05) suivi de Ophélie ne s’est pas tuée (épisode 8 - 50 min)
22h00 – minuit : Encore un memento mori (épisode  1h00) suivi de h30 – 00h30 : La douleur suspendue (épisode 10 - 50 min)
de 21h00 à 22h00 : Entracte

Date(s)

    Jeudi 12 août 2021 à 18h00

    Vendredi 13 août 2021 à 18h00

__________
 

Hamlet à l'impératif !
La pièce
 
Quatre acteurs et un musicien prennent incarnent ce Hamlet resserré dans une version fulgurante d’une heure, dans une totale économie spectaculaire.
 
Samedi 14 août 2021 à 21h, durée : 1h40, fort Saint-Jean
 
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !

 
 
4, rue porte de Monteux - 84200 Carpentras
 contact@voyagesdegulliver.fr

 

          | ACCUEIL | ARCHIVES | ASSOCIATION | BLOG | CONTACT | NEWSLETTER |