MARSEILLE, NOUVELLE CAPITALE DU COOL

Lundi 16 Aout 2021
MARSEILLE, NOUVELLE CAPITALE DU COOL
Présente dans "Stillwater", "Bac Nord" ou encore "Bonne mère" d'Hafsia Herzi, la ville de Marseille est de plus en plus représentée au cinéma et dans les autres arts. La cité phocéenne serait-elle devenue la nouvelle capitale du cool ?

Hafsia Herzi est actrice et réalisatrice. César du Meilleur Espoir Féminin en 2008 pour sa performance dans La graine et le mulet d'Abdellatif Kechiche, elle réalise en 2019 son premier long métrage, Tu mérites un amour. Son deuxième film, Bonne mère, en salles le 21 juillet, présenté en section "Un certain regard" au dernier Festival de Cannes, s'attache à filmer le quotidien d'une mère dans les quartiers nord de Marseille.

Vérane Frédiani est réalisatrice et journaliste. En 2017, elle a réalisé un documentaire sur le sexisme dans le milieu de la gastronomie : A la recherche des femmes cheffes. Cette année, elle signe Marseille cuisine le monde, un livre de recettes dédié à la cité phocéenne publié aux éditions de La Martinière.

Yohanne Lamoulère est photographe. Elle a notamment réalisé plusieurs expositions photographiques consacrées à Marseille et aux quartiers nord.


La cité phocéenne, depuis qu'elle a été nommée "Capitale de la culture" en 2013, voit s'ancrer en elle un nombre croissants de récits. Elle est dépeinte comme une cité multiculturelle mais aussi comme une ville où règnent la pauvreté et la petite délinquance.

Marseille serait-elle toujours à la limite de la caricature lorsqu'elle est dépeinte au cinéma ?

  "  Les clichés sur Marseille existent depuis toujours, mais d'autres chosent existent aussi. Il s'agit pour moi, au cinéma, de rétablir la vérité et d'apporter mon regard de femme et de Marseillaise." (Hafsia Herzi)

  "  Il y a un franc-parler marseillais, une certaine fierté de connaître, d'habiter cette ville. Les Marseillais ont une manière bien particulière d'être présents. Nos émotions sont ressenties à fleur de peau, exacerbées. C'est aussi ce qui nous rend intéressants et uniques. Ce qui est énervant, dans les films, c'est quand Marseille devient le personnage principal d'un film. Là, on tombe dans le cliché." (Vérane Frediani)

Le cliché  le plus répandu concerne peut-être les quartiers nord de la ville : ses quartiers pauvres sont inlassablement décrits comme violents.

  "  Les quartiers nord, ce sont des gens tassés dans des cités. Dans la cité des Oliviers où j'ai grandi, les choses se sont dégradées en peu de temps. Elle est maintenant considérée comme une des cités les plus dangereuses d'Europe. Même les animaux sont malheureux là-bas." (Hafsia Herzi)

 "   En fait, c'est un peu comme à Paris, sauf qu'à Marseille il n'y a pas de périphérique à traverser. Mais, dans le fond, c'est le même problème que l'on a avec les banlieues et le centre de Paris." (Vérane Frédiani)


Filmer, photographier ou écrire Marseille, c'est aussi parler de ses habitants. Yohanne Lamoulère les a photographiés à l'occasion d'une exposition consacrée aux quartiers nord de la ville.

   " Chez les personnes que j'ai photographiées et qui venaient des quartiers populaires de la ville, il y avait une immense volonté d'exister, une manière d'habiter leur corps de manière très volontaire et différente." (Yohanne Lamoulère)

 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !

 
 
4, rue porte de Monteux - 84200 Carpentras
 contact@voyagesdegulliver.fr