LA GRANDE HONGRIE

Vendredi 12 Novembre 2021
LA GRANDE HONGRIE
Le souvenir de la Grande Hongrie du XIXe siècle est un ferment de l'identité nationale hongroise. Affirmation d'une nation au cœur d'un empire, le rêve de grandeur touche à sa fin au sortir de la Première Guerre mondiale.

Quel étrange empire que cette double monarchie au cœur de l’Europe centrale, qui mêle l’Autriche des Habsbourg et le royaume de Hongrie… Au XIXe siècle, la question des nationalités est prégnante, essentielle. C’est bien sûr le cas pour les Hongrois. L’Autriche ne peut pas, ne doit pas l’ignorer. Bref, pas question pour l’Autriche de faire l’autruche !

L'affirmation hongroise face à Vienne

À la fin du XVIe siècle, les Habsbourg opèrent une reconquête des territoires hongrois sous domination ottomane. D'emblée, un dualisme "qui ne dit pas son nom" s'établit au sein de cette monarchie, où le siècle et demi de présence ottomane a contribué à la formation d'une identité hongroise distincte des autres pays habsbourgeois, explique l'historien Jean-Paul Bled.

Dans ce siècle des nationalismes, la politique d'intégration vis à vis de la Hongrie est d'abord très dure. "François-Joseph et son principal ministre, le prince Schwarzenberg, reprennent à leur compte la politique lancée par Joseph II de réduire la Hongrie à un statut de province autrichienne, gouvernée depuis Vienne et dépouillée de toute forme d'autonomie" développe Jean-Paul Bled. Un esprit de résistance se forge alors en Hongrie dans cette période de silence imposée. Le compromis austro-hongrois de 1867 apparaît comme un mariage de raison durant lequel est mise en place une stratégie du moindre mal, face aux volontés indépendantistes de la Hongrie.

Le territoire du royaume de Hongrie s'étend des Carpates à la mer Adriatique, en passant par la partie la plus orientale de l'Autriche actuelle, la Croatie et la Slovénie. Il englobe une grande diversité ethnique, entre Slovaques, Ukrainiens, Slovènes, Croates, Serbes, Roumains… Face à ces différentes minorités, les Hongrois mettent en place une politique de magyarisation. L'historienne Julia Bavouzet note que "la conception d'une nation politique est peu à peu remplacée par une idée d'une nation culturelle". Elle cite par exemple l'incitation à adopter un patronyme à consonance hongroise.

La nostalgie de la Grande Hongrie

L'expression "Grande Hongrie" apparaît après la Première Guerre mondiale pour désigner le territoire du royaume de Hongrie au temps de l’Empire austro-hongrois, entre 1867 et 1918. Elle s'oppose à l'idée de la "Petite Hongrie", aux frontières nouvelles et territoire réduit par le traité de Trianon. Le pays perd en effet les deux tiers de sa superficie et la plupart de ses ressources naturelles avec le sentiment que l’identité magyare serait dispersée dans le territoire européen. "Il y a des références aujourd'hui à la Hongrie historique, et plus encore, une sorte de travail d'exacerbation du traumatisme qu'a été le traité de Trianon, remarque Julia Bavouzet. C'est un ressort qui permet de mobiliser la population, un traumatisme construit au fil des décennies et des différents régimes."

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !

 
 
4, rue porte de Monteux - 84200 Carpentras
 contact@voyagesdegulliver.fr