LA HONGRIE ENTRE ORIENT ET OCCIDENT

Vendredi 12 Novembre 2021
LA HONGRIE ENTRE ORIENT ET OCCIDENT
En 1526, la Hongrie s'incline face à l'Empire ottoman lors de la bataille de Mohács. Les villes de Buda et Pest, sur les deux rives du Danube, se trouvent à la croisée de deux mondes, l'Orient et l'Occident.

En 1895 paraît un ouvrage intitulé Les Bains publics à Budapest. Il est signé de Henri Pucey, un architecte, délégué au congrès de Budapest par le ministère de l'instruction publique et des beaux-arts. L’ouvrage est riche de plans, de gravures, de photos : "Il n'y a pas de ville en Europe qui puisse offrir à ses habitants un nombre aussi considérable d'établissements de Bains publics que la ville de Budapest". L’auteur rappelle que les Romains connaissaient déjà les sources thermales de Bude qui "atteignirent l'apogée de leur splendeur sous la domination des Turcs". Ces bains sont toujours utilisés, mais il précise que "l'usage en est nécessairement d'autant plus répandu qu'on s'élève davantage dans l'échelle sociale. Néanmoins la classe inférieure ne le néglige pas, et si elle ne le pratique pas autant que les classes supérieures, c'est que le travail ne lui laisse pas toujours les loisirs suffisants pour s'y donner d'une façon plus complète". Au moment de réfléchir à la présence ottomane en Hongrie, sommes-nous en présence d’un bain de soleil ou d’un bain à remous ?

La conquête ottomane

La période ottomane représente deux siècles d’histoire hongroise. La confrontation entre la Hongrie et les Ottomans existe bien avant la bataille de Mohács, en août 1526, mais c'est cet événement qui marque un tournant décisif. "Les Hongrois continuent à se servir du terme [de rempart de la chrétienté] pour réclamer l'aide de l'Europe et plus directement leurs souverains Habsbourg pour les aider à retenir les Turcs" remarque l'historienne Marie-Françoise Saudreix-Vajda. Le soutien européen se fait cependant attendre. La défaite hongroise en 1526 est cuisante, des milliers de soldats mais aussi une bonne partie de l’élite religieuse et politique ainsi que le jeune roi Louis II Jagellon trouvent la mort ce jour-là. La Hongrie est partagée en trois parties : la Hongrie ottomane, sous autorité directe du sultan, représente la majeure partie du territoire ; le royaume de Hongrie, à l’ouest, est placé sous l’autorité des Habsbourg ; enfin, l'État de Transylvanie, à l’est, devient une principauté chrétienne brillante, tenue par un prince vassal de l’Empire ottoman.

L'installation ottomane

Jusqu'en 1699, qui marque la paix de Karlowitz et le rétablissement des frontières, l'histoire hongroise reste intimement liée à cette conquête et à la présence ottomane. Selon l'historien Marc Aymes, les Ottomans mettent en place de nouvelles élites et "un système qui conjugue les besoins militaires d'une réactivité en cas de mobilisation et les besoins de l'exploitation économique". Il ajoute toutefois que les Ottomans ont rarement fait table rase des normes juridiques ou fiscales existantes, grâce à une installation sur le mode de l'accommodation : "on est même allé jusqu'à parler d'un condominium au sens où il y avait des impôts perçus pour partie par les Ottomans et pour d'autres par des potentats locaux, dont le pouvoir avait été prorogé par les Ottomans moyennant un serment de vassalité". Jusqu’à aujourd’hui, cette période ottomane a laissé des traces profondes dans le récit national hongrois. Le cas hongrois éclaire les logiques impériales de conquête et de gouvernement de l’Empire ottoman. Quelles traces la période ottomane a-t-elle laissé dans le discours identitaire et nationaliste hongrois ?

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégorie

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !

 
 
4, rue porte de Monteux - 84200 Carpentras
 contact@voyagesdegulliver.fr