<![CDATA[ le blog des voyages ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr fr copyright 2021 www.voyagesdegulliver.fr <![CDATA[ le blog des voyages ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/images/b/ban/bando_blog.gif http://www.voyagesdegulliver.fr Tue, 23 Feb 2021 19:24:44 +0100 <![CDATA[ L'OEIL DU LOUP ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145626-l-oeil-du-loup.html Conte de Daniel Pennac, mise en scène de Clara Bauer, avec par Vincent Berger, et Habib Dembélé.

"L’œil du loup" est un texte de Daniel Pennac paru en livre de jeunesse aux Editions Fernand Nathan. Laurent Berger a travaillé avec l'auteur son adaptation pour le théâtre.

"L’œil du loup" est un conte. Un jeune homme s'intéresse à un loup borgne qui arpente de long et large l'espace de sa cage au parc zoologique. Les deux solitaires, déracinés vont se raconter leur vie. Les chemins sont longs , parsemés de dangers et de merveilles, les chemins qui les mènent jusqu'ici.

Loup Bleu a été capturé en Alaska, il se rappelle la vie de la meute et les circonstances de sa blessure à l’œil. Le garçon vient d'Afrique. Avant de s'occuper des animaux du zoo, il a été sauvé d'une guerre civile, il a été acheté par un marchand dont le dromadaire Casserole, doué de la parole, prend soin de lui.

Ainsi commence la complicité du garçon baptisé Afrique avec les animaux, il sait leur parler, il sait les comprendre. Ils se sont apprivoisés mutuellement. La rencontre du renard et du petit Prince de Saint Exupéry pourrait parfaitement être un des épisodes de "L'oeil du loup".

Daniel Pennac imagine une belle histoire, généreuse et éclaire davantage ce qui rassemble les vivants que ce qui les divise. Il balance du pied, avec humour, l'expression "l'homme est un loup pour l'homme". Le véritable danger pour le loup ou le jeune homme est venu des hommes et non pas des loups.

Le monde merveilleux du conte autorise que toutes les voix se mêlent et que la nature se réenchante de poésie. Notre époque qui accepte ou rejette autrui selon les critères les plus divers offre un paysage bien attristant : la jungle de la compétitivité, la peur de l'autre, un imaginaire canalisé par les biens de la consommation. Ce spectacle parle d'une alternative possible

"L'oeil du loup" n'est pas uniquement la déclinaison de la leçon sempiternelle "Aime ton prochain comme toi-même". Il ravive le goût des histoires, des récits, qui sont disponibles ,prêts à être cueillis dans la nature, dans l’œil des animaux et l'imagination de ceux qui cultivent leur part d'enfance dans cette adversité quotidienne.

La mise en scène de Clara Bauer fait confiance à cet imaginaire. Il suffit de peu de choses pour évoquer le paysage enneigé, la piste africaine, le camion d'un autre âge surchargé qui sillonne le pays. L'Afrique telle qu'on la rêve est pourtant présente sous nos yeux : aussi changeante que sauvage. L'Afrique et son rapport particulier au temps et au réel.

Le travail collectif de Laurent Berger, de Clara Bauer et Daniel Pennac déplace l'énonciation et montre le travail en train de se faire : les répétitions des comédiens, les recherches de l’accessoiriste. Les deux comédiens ne se connaissent pas avant les répétitions mais, comme leurs personnages qui s'appuient sur leur histoire semblable, ils sollicitent leur identité commune d'artistes.

Le propos est ainsi déployé sur deux niveaux : celui de l'histoire et des conditions de représentation du spectacle. Les deux comédiens Vincent Berger et Habib Dembélé ont un talent extraordinaire, ils se fondent dans les personnages. On ne considère plus qu'ils existent des limites avec le règne animal.

La vérité du jeu de Habib Dembélé est remarquable : il est irrésistible de drôlerie en pécheur inuit marmonnant on ne sait quelle langue.

Quant à Vincent Berger, il est d'abord un loup hargneux pour se transformer en un enfant plein de candeur et d'émerveillement devant la vie. Ce n'est pas seulement la complicité des artistes mais une chaleur fraternelle entre l'Afrique et l'Europe que nous offre ce duo inspiré.

Comme une histoire qu'on écouterait en s'oubliant, ce spectacle trouve le bon rythme, les bons moyens, pour nous toucher au plus juste, ciblant notre humanité.
 

Sandrine Gaillard


ECOUTER L'EMISSION

]]>
Tue, 23 Feb 2021 18:21:01 +0100
<![CDATA[ LE ROMAN D'ERNEST ET CELESTINE ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145625-le-roman-ernest-et-celestine.html
Daniel Pennac a écrit le scénario d’un film d’animation avec cette belle histoire puis écrit le roman du film.

C’est maintenant une version musicale et radiophonique pour acteurs, bruiteurs et musiciens que nous inventons avec lui.

Avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France
Concert Fiction, c'est une  commande de Radio France.
Coproduction France Culture et Direction de la Musique et de la Création
Musique originale : Karol Beffa
Direction : Debora Waldman
Adaptation radiophonique : Pauline Thimonnier
Réalisation : Cédric Aussir
Conseillère littéraire Caroline Ouazana

ECOUTER ]]>
Tue, 23 Feb 2021 18:14:01 +0100
<![CDATA[ ERNEST ET CELESTINE ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145624-ernest-et-celestine.html Lecture enregistrée lors du festival Premiers Plans d'Angers le 18 janvier 2009.
Avec l'aimable autorisation des Armateurs et de Studio Canal, producteurs du film d'animation « Ernest & Célestine », sortie en 2011.

Lu par Daniel Pennac.
" Après avoir pique-niqué, être allés au musée, passé Noël chez Ernest, avoir été musiciens des rues, s'être posés des questions, Ernest, le méchant-gentil ours brun, et Célestine, la petite souris, nous reviennent sous la plume de Daniel Pennac. "
" J'ai compilé les albums de Monique Martin, pour en faire une histoire, l'histoire de la rencontre entre Célestine et Ernest " Daniel Pennac

ECOUTER L'HISTOIRE



la bande annonce du film



  ]]>
Tue, 23 Feb 2021 18:05:01 +0100
<![CDATA[ LA NATURE POUR TOUS LES ENFANTS ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145588-la-nature-pour-tous-les-enfants.html


  ]]>
Fri, 19 Feb 2021 15:27:01 +0100
<![CDATA[ CHEZ NOS VOISINS D'ART ET VIE ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145574-chez-nos-voisins-art-et-vie.html

 

]]>
Thu, 18 Feb 2021 06:59:01 +0100
<![CDATA[ COCTEAU SINGULIER ET PLURIEL ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145557-cocteau-singulier-et-pluriel.html Une continuité traverse l’œuvre de Cocteau en dépit de son aspect polymorphe : cette forme systématiquement brève que prend chez lui le roman, cette tension également entre l’envie de renouveler la forme romanesque et le désir de suivre le conseil de son défunt ami Radiguet, qu’il aima follement : se méfier des avant-gardes. Autre marque commune de ses romans – au nombre de six –, l’influence de Montaigne – cette propension à parler de soi – et de Nietzsche – cette écriture en fragments.

Cocteau a pu reconnaître en Nietzsche une sorte de double idéal, celui qui concasserait l'académisme et proposerait une oeuvre protéiforme. Il s'en est tout particulièrement inspiré dans la forme de certains de ses textes, qui sont des textes atomisés. Cocteau aime le fragment et l'écriture brève, comme Nietzsche. (Serge Linarès)

Quant aux thèmes chers à Cocteau, ils vont de la guerre (Thomas l’imposteur) à l’enfance (Les Enfants terribles), en passant par le désir homosexuel (Le Livre blanc).

Et la poésie, alors ? Notre invité a beaucoup écrit sur celle de Cocteau (citons Jean Cocteau : le grave et l’aigu, paru en 1999 aux éditions Champ Vallon) ; mais qu’est-ce au juste, que cette poésie ? Celle de Plain-Chant (1923) ou celle du Discours du Grand Sommeil ? Pied de nez à la modernité de Dada ou du surréalisme, cette poésie est-elle classique pour autant ?

 Tout poète s'inscrit dans un temps particulier et Cocteau utilise à sa façon les esthétiques de son époque. En l'occurence, la poésie spatialisée qu'on trouve dans Le Cap de Bonne-Espérance : une sorte de poème épique à éclipses, fait de blancs. Dans les années 20, Cocteau a pu revenir au vers avec une oeuvre telle que Plain-Chant. Il a le sentiment d'avoir fait le tour de la poésie syncopée des années 10. (Serge Linarès)

Il y a enfin son théâtre. Ce dernier oscille entre le mythe (Orphée, Œdipe Roi) et la modernité (La Voix humaine d’une femme éconduite s’adressant par téléphone à son ancien amant durant l’entièreté de la pièce), s’autorisant des détours par les sketches et la chanson.

Le plus grand monologue de Cocteau, cependant, n’est-ce pas celui tenu par lui dans son journal du Passé défini, qu’il tiendra jusqu’à sa mort en 1963 ?

EN SAVOIR PLUS ]]>
Wed, 17 Feb 2021 07:06:01 +0100
<![CDATA[ LE CENTRE POMPIDOU ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145519-le-centre-pompidou.html
Excellent prétexte pour revenir sur cet objet inouï, unique au monde qu’est le Centre Pompidou, une œuvre d’art conçue par les deux grands architectes, Piano et Rogers, sur un programme soigneusement préparé pendant 8 ans, entre l’annonce de Georges Pompidou en 1969 et l'inauguration en 1977. Un programme pour accueillir collections, artistes, bibliothèques, cinémas, paroles de penseurs, création musicale,  etc. Sans doute une des plus belles utopies concrètes - et concrétisées - de l’après-guerre. Fut-elle développée ou dévoyée, conserve-t-elle son pouvoir d’étonnement, quel est son avenir ? Ce sont quelques-unes des questions que je vais  poser à Bernard Blistène, aujourd'hui directeur du Musée national d'art moderne au Centre Pompidou.

EN SAVOIR PLUS ]]>
Sun, 14 Feb 2021 09:05:01 +0100
<![CDATA[ AU JARDIN D'EPICURE ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145518-au-jardin-epicure.html Le double buste Epicure/Metrodore
son buste double est très intéressant parce qu'il montre bien qu’Epicure n'était pas le maître absolu du jardin, mais que pour lui, le jardin, c'était un groupe d'amis, Métrodore symbolisant d'une certaine façon l'ensemble des compagnons d'Épicure dans cette statue;

Assimiler la parole d'Epicure
Les épicuriens ont une pratique philosophique qui consiste principalement à assimiler la parole d'Épicure, à la comprendre, à l'interpréter dans une ligne strictement orthodoxe. Et la communauté des amis, c'est le lieu idéal pour cela.

Epicure ou la vie heureuse
La philosophie épicurienne n'est pas une recherche du savoir pour lui même. Il ne faut jamais perdre de vue le fait que le principe de la pensée épicurienne, c'est la vie heureuse. La philosophie ne sert à rien si elle n'apporte pas le bonheur.

EN SAVOIR PLUS


  ]]>
Sun, 14 Feb 2021 08:45:01 +0100
<![CDATA[ GEORGES BRASSENS NOUS REND HEUREUX. ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145432-georges-brassens-nous-rend-heur.html Troubadour égaré dans le siècle des machines, Brassens nous a légué une œuvre à l’écart du consensus et de la place publique, synthèse de l’argot de rue, du Moyen-Âge et du classicisme français.

tout le programme

Épisode 1 : La bohème de Georges Brassens
LE 01/02/2021
La vie de Brassens s’est construite sur des notes légères et graves, des variations et des embardées, comme débute et s’achève une chanson. Découvrez aujourd’hui...
58 min

Épisode 2 : Brassens, paroles et musiques
LE 02/02/2021
Des chansons aux poèmes, en passant par les romans et la correspondance, l’œuvre de Brassens est traversée par une nécessité : celle de la pensée libre,...
58 min

Épisode 3 : Brassens, sociologie d'un génie
LE 03/02/2021
Anticlérical, antimilitarisme, phallocrate… Brassens a eu en son temps de nombreuses étiquettes, lui qui cherchait pourtant à dépasser les notions manichéennes...
58 min

Épisode 4 : Les noms propres de Brassens
LE 04/02/2021
Qu’ont en commun Brassens, Tintin et la Camarde ? La réponse à cette étrange question dans le quatrième et dernier épisode de notre série.


 EN SAVOIR PLUS
  ]]>
Fri, 05 Feb 2021 21:24:01 +0100
<![CDATA[ GUILLAUME APOLLINAIRE ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145398-guillaume-appolinaire.html Avocat, ardent défenseur des libertés publiques, du droit d’asile, écrivain, fraîchement élu académicien et même directeur de collection chez Gallimard qu’il inaugure avec Ma vie avec Apollinaire (Gallimard, 2021).
On signalera aussi la parution de La chanson de Passavant dans la collection Poésie / Gallimard, 2021), un recueil poétique  de François Sureau autour de la figure de Patrocle Passavant des Baleines, lieutenant de vaisseau, agent de l'Etat et aventurier, qui se dessine comme le double rêvé de l'auteur. Les poèmes, aux accents tour à tour ironiques et mélancoliques, chantent l'ivresse et le risque d'une existence vouée à l'aventure.


    « Je m’en remets, dans l’ordre profane, à Guillaume Apollinaire. J’ai fréquenté son école parce que j’ai compris très tôt que notre rencontre avait été décidée ailleurs ; que je pourrais apprendre de lui comment consentir sans faiblesse, m’attrister sans me perdre, chercher sans me décourager. »

François Sureau

EN SAVOIR PLUS ]]>
Tue, 02 Feb 2021 22:41:01 +0100
<![CDATA[ ABECEDAIRE D'UNE FAUNE RECOMPOSEE ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145371-abecedaire-une-faune-recomposee.html ''Abécédaire d'une faune recomposée'' est un projet de livre illustré.
Il est l’aboutissement d’une expérience graphique qui vous proposera sur les pages paires une faune ''recomposée'' à partir des éléments graphiques constituant la faune reconnaissable des pages impaires.



participez au projet
de Vincent Voulleminot

3 animaux par lettre de l'alphabet, 78 animaux et leurs versions recomposées, soit 156 illustrations, composeront ainsi cet abécédaire.
En voici quelques extraits réadaptés dans une présentation "dessus-dessous" pour la plateforme Ulule...

> LA PLATEFORME ULULE

 
 
 
Ci-dessous une présentation telle qu'elle apparaîtra dans l'ouvrage.
Vous pourrez aussi tout simplement découvrir un simple abécédaire, empli d’animaux de nos basses-cours mais aussi d’ailleurs comme le Yuhina, petit oiseau d’orient ou l'insecte incroyablement nommé Weta, signifiant, en langue mauri, ''dieu des choses laides''...



À quoi va servir le financement ?

La plus grosse partie du financement est destinée à la fabrication du livre. S'ajouteront bien sûr les frais d'envoi, des contreparties, le pourcentage revenant à la plateforme Ulule. Si votre engouement dépassait mes espérances je pourrais alors travailler à la préparation d'une exposition (tirages – encadrements – flyers...) et vous inviter au vernissage !

> FEUILLETEZ L'ALBUM

> LE SITE DE L'AUTEUR

> LA PAGE FACEBOOK DU PROJET




  ]]>
Sat, 30 Jan 2021 14:16:01 +0100
<![CDATA[ DU COVID A L'ECOLOGIE ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145232-du-covid-ecologie.html
Bruno Latour a le don d’ubiquité. Cet hiver, il est partout à la fois – ce qui veut dire nulle part. Il est le principal curateur de la biennale de Taipei, qui a ouvert ses portes le 21 novembre, mais elle sera, faute de touristes, essentiellement réservée aux Taïwanais. Il co-dirige l’exposition « Zones critiques » au Zentrum für kunst und mediem de Karlsruhe, présentée jusqu’en aout 2021 de manière intermittente, en fonction du confinement allemand. Il enseigne à Sciences Po Paris, où il a créé SPEAP, un enseignement « d’expérimentation en Arts Politiques » – qui n’a plus lieu que sur Zoom. Il est aussi le fondateur du Medialab français, un « laboratoire de recherche interdisciplinaire sur la place du numérique dans nos sociétés », confiné lui aussi.

Omniprésent sur plusieurs continents, Bruno Latour est donc nulle part. Et pour tout arranger, il a eu le Covid (comme il l’a raconté dans un article et maintenant dans un livre). Comme nous tous, le philosophe et sociologue vit une année sans pareille. Un peu hors-sol.

EN SAVOIR PLUS ]]>
Tue, 19 Jan 2021 22:12:01 +0100
<![CDATA[ MANIFESTE POUR UNE ECOLE DEMOCRATIQUE DANS UNE SOCIETE NUMERIQUE ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145215-manifeste-pour-une-ecole-democr.html
Le Collectif Alternumérique, constitué à ce jour de l’AFEF, des CEMEA, du GFEN et de l’OCCE, invite les associations et organisations intéressées par le projet de construire une École démocratique dans une société numérique à le rejoindre pour participer à ses travaux.

Manifeste pour « Une École démocratique dans une société numérique »

La révolution numérique a eu lieu. Notre environnement est, de fait, numérique. La société est aujourd’hui insérée dans cet univers qui pourrait bien lui dicter ses lois. Et comme la société, l’École est sommée d’évoluer avec le numérique. Parler simplement de numérique pour l’éducation ; ou de numérique à, pour, dans l’École ne suffit plus. Ce serait réduire et s’interdire de comprendre cette révolution tant technologique que culturelle et ainsi paralyser, restreindre les évolutions nécessaires des pratiques enseignantes, voire laisser les enseignants utiliser le numérique sans en comprendre les enjeux. L’heure n’est plus à regarder passer la révolution d’un œil critique et à s’en accommoder par ci par là au besoin. Elle est à s’y impliquer pour en en être les acteurs, des acteurs créatifs, conscients de tous les possibles fabuleux qu’apporte le numérique à l’intelligence humaine comme de ses dérives marchandes, deshumanisantes, et ségrégationnistes ainsi que de sa réalité, inégalitaire. Une culture numérique émerge, imbriquée dans nos cultures classiques et populaires. À l’École, à l’université, le numérique n’est pas une greffe qui s’ajoute à la culture traditionnelle des institutions et des jeunes. Il n’est pas un ensemble d’outils high tech, il est un véritable écosystème qui modifie profondément nos modes de pensée, de socialisation, nos formes de travail.

Si la période de confinement a permis le déploiement tâtonnant dans l’éducation, d’un ensemble d’outils – de communication, de recherche, de diffusion à distance –, inventés à la marge par des enseignants innovants, elle a aussi révélé la crise de la pensée qui affecte l’École face à la révolution numérique.

Oui, il faut regarder en face plusieurs menaces que le confinement a révélées :
L’accroissement des inégalités socio-scolaires, la marchandisation de l’École, l’absolue nécessité du maintien d’une relation pédagogique en présentiel et en collectif, l’inefficience et le danger d’une gouvernance verticale par les chiffres et les oukases, l’importance d’une réflexion sur l’articulation entre les usages scolaires et récréatifs du numérique ainsi que sur l’usage des réseaux sociaux.

Oui il faut se reposer les questions fondatrices :
- Quels citoyens, personnes, professionnels, la société demande-t-elle à l l’École et aux associations complémentaires de l’École de former ?
- Quelles transformations dans l’institution éducative, sa gouvernance, ses contenus, ses formes scolaires le numérique permet-il ?
- Comment permettre à l’École et tous ses acteurs de se mettre à l’heure d’un numérique au service de la culture, de l’émancipation, de la démocratisation, de la construction d’un commun collectif et répondant au défi de l’avenir de la planète ? Au service des relations, des interactions et des apprentissages ?

C’est sur ces constats et questions que nos associations, réunies dans le collectif Alternumérique lors du Forum « École alternumérique » du 4 novembre 2020 ont proposé des principes fondateurs pour que l’École fasse sienne la révolution numérique. Ne la subisse pas, mais y prenne sa part afin qu’elle ne soit pas asservissante.

Elles revendiquent l’institution d’une coopération entre tous les acteurs de l’École : enseignants, cadres, élèves, parents d’élèves, associations éducatives complémentaires et collectivités dans le but d’organiser la démocratisation du numérique.

Elles fixent trois enjeux.

- 1.L’École, dans la société numérique, pour rester fidèle à ses principes fondateurs, travaille à :
a) Une organisation participative
Elle met en place une organisation participative : elle initie une convention citoyenne sur la question de la démocratisation du numérique.
Elle donne la parole aux différents acteurs par leurs organisations et associations et tient compte de leur avis pour les décisions sur les orientations, les formations/accompagnements et les équipements qu’elles induisent.
b) Une formation à et par la citoyenneté
Elle forme des citoyens : elle développe les capacités à diversifier ses sources d’information, débattre sereinement et rigoureusement, faire des choix, hiérarchiser, problématiser, faire preuve d’esprit critique.
Elle forme des acteurs culturels : elle développe les connaissances et compétences artistiques, la créativité, la fréquentation des lieux de culture et des genres culturels, elle forme l’aptitude à faire des choix culturels et à s’engager dans la création culturelle.
c) Une éducation aux médias et à l’information
Elle développe un projet politique et culturel d’éducation aux médias et à l’information : elle forme à la liberté d’expression et d’opinion, à la fréquentation des médias, à la vérification des sources, à la recherche, et cela dans l’ensemble de ses enseignements et activités. Il ne peut être question de s’en remettre, sur ces enjeux, à des spécialistes ; tous les professeurs, cadres éducatifs, éducateurs doivent porter et mette en œuvre ensemble cette responsabilité.

- 2. L’institution éducative se transforme dans son environnement numérique par :
a) Une dynamique d’ouverture
Grâce au numérique l’École peut plus facilement s’ouvrir sur le monde : elle instaure des communications régulières avec ses différents acteurs dans et hors la classe, dans et au dehors de la culture de référence. Elle place les connaissances académiques dans leur double ancrage historique et social.
b) Des leviers pédagogiques
Le numérique contributif facilite les pédagogies de coopération et de projet : par son environnement de partage et d’échange, il permet l’apprentissage coopératif, l’écriture collaborative, la créativité, le travail d’équipe qui contribuent à l’apprendre ensemble.
c) Des pédagogies en accord avec nos valeurs éducatives
Respect mutuel, confiance en soi et en les autres, solidarité guident le choix des pédagogies dans l’environnement numérique. Nos valeurs éducatives ne peuvent pas s’accorder ni avec un individualisme exacerbé, ni avec un fichage des individus à des fins idéologiques, commerciales ou de contrôle, ni avec des évaluations stérilisantes.

- 3. Les acteurs de l’institution évoluent grâce à :
a) Une formation collective et sur le terrain des enseignants à une culture numérique avec des moyens importants ; une formation à penser et construire une culture numérique.
b) Une éthique et des valeurs qui sous-tendent la formation  : elles amènent à se construire comme une nouvelle figure enseignante et à penser la posture enseignante, les gestes professionnels, la place de l’élève, la figure apprenante, dans leur rapport avec l’exigence de précision, de justesse et de vérité.
c) Un rapport au temps serein, non oppressant, indispensable pour permettre la créativité pédagogique, la réflexivité, la construction de la pensée. Prendre le temps de réfléchir avant d’agir ce n’est pas perdre du temps, mais en gagner pour la suite.
d) L’institution d’une communauté éducative élargie et en réseau à laquelle participe le corps enseignant, avec tous les acteurs dans et hors l’École.

Contact  : afef.contact@gmail.com ou christian.gautellier@cemea.asso.fr ]]>
Mon, 18 Jan 2021 09:41:01 +0100
<![CDATA[ OPERATION THEATRES OUVERTS ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145214-operation-theatres-ouverts.html Appel aux théâtres,
compagnies et artistes de France

à accueillir des publics pendant une heure, le 30 janvier 2021, de 15h à 16h, partout en France, dans le strict respect des conditions sanitaires imposées aux magasins ou lieux de cultes (déambulation des publics dans les mêmes conditions d’accueil en nombre que dans les boutiques ou espaces entre les sièges identiques aux lieux de culte)...

Que partout, dans tous les lieux qui voudront rejoindre cette initiative qui part d’Avignon et de la volonté de ses acteurs culturels de redresser la tête, les artistes puissent rencontrer des publics, que les publics puissent venir renouer avec l'émotion d'un moment de spectacle vivant (lectures, chansons, extraits...)

Prenons dates pour dire que la Vie est plus forte que la peur, que nous peuples de France, fidèles à la Liberté qui fait le ciment de notre République, ne pouvons plus nous résoudre à obéir à un gouvernement qui a choisi la liberté de commercer des hypermarchés à la liberté de fraterniser dans des lieux de proximité.

Acte de résistance résolu mais pas de défiance à la légalité, nous devons agir dans le respect des précautions sanitaires, mais en affirmant haut et fort que la vitalité de l’Art Vivant ne peut pas être une variable d’ajustement. Notre secteur économique a été mis à genoux et nous devons maintenant vivre des subsides d’un Etat qui joue aux mécènes de l’ancien régime. La dépendance aux indemnités ne doit pas être un motif pour se taire. Nous voulons vivre, accueillir des publics, donner de la joie, de l’émotion ou matière à réflexion, parce que c’est la vie que nous avons choisie.

UNISSONS-NOUS le 30 janvier 2021 pour que le Printemps d’une espérance refleurisse dans nos salles… ]]>
Mon, 18 Jan 2021 09:28:01 +0100
<![CDATA[ DIS MOI OU TU HABITES, JE TE DIRAI QUI TU ES ]]> http://www.voyagesdegulliver.fr/article-145169-dis-moi-ou-tu-habites-je-te-dir.html le choix de la grande ville

Depuis le premier confinement, les Français posent un regard nouveau sur leurs lieux d’habitation. Les centres-villes, avec leurs petits appartements sans jardin, ont baissé dans leur estime.
Va-t-on assister à leur désertification progressive ?

Après une année marquée par les longs mois de confinement, les Français posent un regard nouveau sur leurs lieux d’habitation. Les citadins en particulier, qui jouissaient jusqu’alors d’un accès facile à la culture, au divertissement et au marché de l’emploi, se sont vus enfermés dans leurs petits appartements, si proches, mais si loin des lieux qui compensaient la nuisance sonore et la pollution de leur quotidien. S’en était fini se disaient-ils, dès que l’épidémie serait passée, ils iraient se mettre au vert.

EN SAVOIR PLUS ]]>
Wed, 13 Jan 2021 22:01:01 +0100